[PROGRAMMATION DE FILMS] Geist & Gespenster

geist-und-gespenster

L’ESPRIT & LES FANTÔMES
Une programmation de films au Club der Polnischen Versager
par Clara Pacquet et Aneta Panek

1. Apparitions
2. Hypnose et réflexion
3. Lumière et poésie
4. Visions
5. Hasard et marché
6. Mauvais esprits
7. Dans l’ombre de l’histoire
8. Les fantômes du moi
9. Possessions
10. Désir et marchandise
11. Images curieuses

L’ESPRIT & LES FANTÔMES est un rendez-vous mensuel autour d’une sélection de courts-métrages et d’extraits de films dont l’ambition est d’interroger le phénomène de l’enregistrement filmique comme relevant à la fois d’une production de l’esprit et d’une apparition spectrale.

Dès ses premiers débuts, le cinéma s’intéresse à la magie, au surnaturel et aux phénomènes occultes dont il produit nombre d’images. Depuis les Danses serpentines de Loïe Fuller en 1892 en lesquelles Mallarmé voit l’incarnation de l’utopie symbolique et la réunion d’une « ivresse d’art » et d’un « accomplissement industriel », les artistes expérimentent avec la lumière, les fantômes et les visions que le cinéma peut représenter mieux que n’importe quel autre médium. Partant de Rainbow Dance d’Antoine Pevsners, des expérimentations du Bauhaus comme le théâtre total de Walther Gropius, Oskar Fischinger et Moholy-Nagy, ou encore des effets de montage, de la projection multiple et des truquages, en passant par le bal costumé de Man Ray qui projetait un 9lm de Méliès sur les invités tous costumés de blanc, ou encore par les projections sur le ciel, les nuages et le brouillard de Nicolas Schöffer, jusqu’aux expérimentations cinématographiques avec la lumière d’Anthony McCall Solid Light Films, l’histoire des films abonde en esprits et fantômes, qui apparaissent au cinéma comme une métaphore de la pensée.

L’ensemble de la programmation forme un parcours à travers l’histoire du 20e siècle et se propose d’envisager la matérialité du cinéma comme une apparition spectrale. L’omniprésence du motif spectral dans la critique des totalitarismes et des idéologies, du capitalisme et du communisme, repose sur une sémantique de l’image trompeuse. Grâce à leur pouvoir magique et leur richesse sémantique, les fantômes peuvent néanmoins mener aussi à une forme de révélation. Ce programme se présente comme un collage subjectif de court-métrages, de films d’animation et d’extraits, et tente d’observer dans l’histoire du cinéma la relation que l’esprit entretient avec le fantôme.

PROGRAMME

1. Apparitions – 6 Novembre 2013
– Jan Švankmajer, Picnic With Weissmann, 1968, 11 min.
– Frederico Fellini, Giulietta degli spiriti, 1965, extraits, 10 min.
– Jacques Rivette, Céline et Julie vont en bateau, 1974, extrait, 6 min.
– Giulio Questi, Arcana, 1972, extraits, 6 min.
– Andre Perkowski, Silent Shadow of the Bat-Man #3 – Retro 1920s Dark Knight in Arkham After Midnight: Mark of the Mad Hatter, 2008, 10 min.
– Ingmar Bergman, Persona, 1966, extrait, 6 min.
– Buster Keaton, The Haunted House, 1921, extrait, 6 min.

2. Hypnose et réflexion – 4 Décembre 2013
– Romuald Kutera, A Mirror, 1974, 2,10 min.
– Hans Richter, Filmstudie, 1926, 3,45 min.
– Fritz Lang, Dr. Mabuse, der Spieler, 1922, extrait, 5 min.
– Jean Cocteau, Le sang d’un poète, 1930, extrait, 15 min.
– Maya Deren et Alexander Hammid, Meshes of the Afternoon, 1943, 18 min.
– Hans Richter, Dreams Money Can Buy, 1947, extraits, 10 min.

3. Lumière et poésie – 8 Janvier 2014
– Louis et Auguste Lumière, Loie Füller: Danse Serpentine, 1896, 6 min.
– László Moholy-Nagy, Lichtspiel Schwarz-Weiss-Grau, 1930, 6 min.
– Man Ray, Le retour à la raison, 1923, 3 min.
– Franciszka et Stefan Themerson, The Eye and the Ear, 1944/45, 11 min.
– Józef Robakowski, en collaboration avec Wiesław Michalak, Achtung: Licht! / Uwaga: ŚWIATŁO! / Attention: LIGHT!, video, 2004, 5 min.

4. Visions – 5 Février 2014
– Marcel Duchamp, Anémic Cinéma, 1926, 6 min.
– Percy Stow et Cecil Hepworth, Alice in Wonderland, 1903, 9,30 min.
– Marguerite Duras, Les mains négatives, 1979, 18 min.
– Pauline Curnier Jardin, Grotta Profunda ou les humeurs du gouffre, 2011, 30 min.

5. Hasard et marché – 5 Mars 2014
– Man Ray, Les mystères du Château de Dé, 1929, 20 min.
– Guy Debord, Critique de la séparation, 1961, 17 min.
– Jean-Luc Godard, On s’est tous défilé, 1988, 13 min.
– General Idea, Shut the Fuck up, 1984, 14 min.

6. Mauvais esprits – 2 Avril 2014
– Fritz Lang, Dr. Mabuse, der Spieler, 1922, extrait, 10 min.
– Syberberg, Hitler, Ein Film aus Deutschland, 1977, extrait, 10 min.
– Kenneth Anger, Invocation of My Demon Brother, 1969, 11 min.
– Paul McCarthy, avec Mike Kelley, Family Tyranny/Cultural Soup, 1987, 15 min.

7. Dans l’ombre de l’histoire – 7 Mai 2014
– William Kentridge, Monument, 1990, 3,20 min.
– Chris Marker et Alain Resnais, Les statues meurent aussi, 1953, 30 min. Wojciech Bruszewski, Klapper, 1971, 6 min.
– Jean-Luc Godard, Histoire(s) du cinéma, 1988-98, extrait (épisode 1: « Toutes les histoires »), 15 min.

8. Les fantômes du moi – 4 Juin 2014
– Maja Deren, At Land, 1944, 15 min.
– Jan Švankmajer, Jabberwocky, 1971, 14 min.
– Piotr Dumała, Franz Kafka, 1991, 16 min.
– Bas Jan Ader, Falls, 1970-1972, 5 min.
– Józef Robakowski, Moje videomasochizmy (Mein Videomasochisms), 1989, 5 min.

9. Possessions – 2 Juillet 2014
– Jean Rouch, Les maîtres fous, 1955, 36 min.
– Jacques Tourneur, I Walked with a Zombie, 1943, 68 min.

10. Désir et marchandise – 6 Août 2014
– Kenneth Anger, Puce Moment, 1949/1960, 6 min.
– Man Ray, Emak-Bakia, 1926, 16 min.
The Twilight Zone, Season 1/Episode 34: The After Hours, 1960, 25 min.

11. Images curieuses – 3 Septembre 2014
– Man Ray, L’Etoile de mer, 1928, 16 min.
– Jean Eustache, Une sale histoire, 1977, 22 min. und 28 min.